Samourai Shampoo

L'Afrique C'est Chic, 2ème du nom... un événement que j'attendais avec beaucoup d'impatience!
Le menu était en effet particulièrement alléchant: 2 espaces différents pour les créateurs invités, 2 défilés et une salle de conférence dédiée aux workshops qui ont eu lieu tout au long de l'après-midi.

LACC2016-affiche

lafriquecestchic.net

Je vous en parlais déjà l'an dernier, L'Afrique C'est Chic! est avant tout un marché ayant pour but de faciliter la rencontre entre les artisans et leur public, et rendre ainsi le "Made in/by Africa" accessible au plus grand nombre. Astucieux mélange entre créateurs à découvrir (ou re-découvrir) et créateurs déjà confirmés, il y en avait, cette année encore, pour tous les goûts et toutes les bourses.

Découvrez la liste des exposants 2016 ici.

 

Une offre de plus en plus conséquente

Difficile de se décider parmi la multitude de choix, de motifs et de couleurs, mais une chose est sûre; la mode africaine plaît, intéresse et attire les foules. Et ce, qu'elle soit perçue comme une tendance, une revendication identitaire, un moyen d'expression artistique ou une cause à défendre.

Le marché de la mode "dite" africaine a donc encore de beaux jours devant lui. Les Fashion Weeks se multiplient en Afrique et de plus en plus d'événements, comme le LACC, continuent à voir le jour partout dans le monde.

Membres de la diaspora africaine en Europe, amoureux de, ou résidant en Afrique, la plupart de ces créateurs ont lancé leurs marques pour pallier à un manque (comme Ownbrown), ou pour vivre de leur passion tout en favorisant l'économie africaine. Parce que oui, l'un des défis de cette industrie est aussi de mettre en valeur les techniques et savoirs locaux tout en s'attachant à fabriquer des vêtements qui puissent s'exporter. À l'instar de la marque Wax'Up par exemple, qui se définit comme "... une passerelle garantissant une transparence entre les artisans locaux et le consommateur final."

 

Un événement à suivre de très près

En étoffant son offre entre prêt-à-porter et workshops, le comité d'organisation est en passe de faire du LACC un rendez-vous incontournable pour tous les aficionados de mode d'inspiration africaine en Suisse, mais aussi (on l'espère) en Europe. Chayet de Nothing But the Wax, Christelle Pandanzyla de Roots Events, ou encore Fatou N'Diaye de Blackbeautybag (qui a animé un workshop spécial cheveux crépus) étaient d'ailleurs présentes au Pavillon Sicli.

Petit aparté de derrière les fagots sur ce bâtiment. Autant vous l'avouer tout de suite, je n'en suis pas vraiment fan. Idéal niveau taille, son aspect massif et bétonné avait tendance à assombrir la chaude ambiance des stands. Et sa config' rendait difficile/compliqué la visibilité des défilés (vu la foule présente). Ce qui était bien dommage!

 

Perso, j'ai pris énormément de plaisir à découvrir tous ces exposants. La vibe, les gens, les smiles... il y a peu d'événements qui regroupent autant de personnes #fresh au même moment, au même endroit. On peut dire que les Genevois ont frappé un grand coup... et c'est une Lausannoise qui vous le dit! Huge shout-out d'ailleurs à toute celles et ceux qui me font me sentir comme à la maison quand je viens à Genève. J'espère que vous vous reconnaîtrez! ;)

Et voilà, c'est tout pour moi. On se retrouve la semaine prochaine pour la 2e partie de cette récap', où je vous présenterai les interviews de 4 créateurs que j'ai rencontré durant cette folle journée. En attendant, je vous laisse avec quelques images qui, j'espère, vous permettront de vivre ou de revivre le LACC 2016!

 

 

Un grand merci à Nadia Barth pour l'accueil, à Perrine pour l'invitation, ainsi qu'à Jérôme et Séb pour les photos!

Crédits photos © Jérôme Viguet

 

Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail

Leave a Reply